• « On ne peut improviser sans joie! » dirait Spinoza

    Qu’est ce qui nous pousse à être plus créatifs? Qu’est ce qui nous fait progresser? Qu’est ce qui nous fait nous transcender?
    Les uns diront l’exigence appliquée à soi-même, la volonté, le culte de l’effort, le potentiel, le talent.
    Les autres diront le groupe, les partenaires de jeu, le soutien, la confiance, la bienveillance.
    Pour départager, je vais sortir l’artillerie lourde : Baruch Spinoza. (Non… ne partez pas… Je parle aussi de Jean-Paul Belmondo!) [Lire la suite…]

  • Et si Michael Jackson n’avait rien pompé sur James Brown?

    Evolution JacksonLe monde de l’improvisation regorge de conflits autour du thème du plagiat. On voit beaucoup de ligues ou de compagnies qui s’accusent de copiage, de manque de créativité, de piqueur d’idées. En général, ces accusations restent dans le domaine de discussions autour d’une bière, malheureusement, cela peut aller jusqu’au procès. (cf un article d’Yvan Richardet sur le sujet)
    Lorsqu’on crée, la législation donne parfois les moyens de protéger sa création, parfois non. Alors lorsque sa création n’est pas protégée, il est difficile d’accepter de la voir reproduite à l’identique ou dans une version légèrement remaniée.

    [Lire la suite…]

  • S’échauffer avant un spectacle

    Cet article appelle votre collaboration. Il expose une façon très personnelle de gérer les échauffements avant un spectacle d’improvisation. Cette vision étant très personnelle, n’hésitez pas à exposer la vôtre dans les commentaires

    Après avoir expérimenté plusieurs sortes d’échauffement,  voici ce que j’aime ou n’aime pas faire pour me préparer à un spectacle.
    Je vais me placer dans le cadre « neutre » du show d’impro (format plutôt libre, court ou long, à plusieurs comédiens). J’évite les formats compétitifs (Matchs, Catchs) ou très spécifiques (comédie musicale improvisée par exemple)

    [Lire la suite…]

  • Faire un Feedback

    Pour faire un feedback efficace qui fera faire des progrès, il faut qu’il soit court, qu’il consolide, qu’il cible et qu’il s’énonce de manière affirmative.

    Personne ne s’accorde sur la manière de faire un retour après un spectacle ou auprès d’une personne. En improvisation, le thème du « Retour » est le sujet le plus polémique qui soit.

    Certains vont prétendre qu’un bon feedback est un feedback franc, honnête, détaillé, qui se fait sans taboo. D’autres contrediront en affirmant qu’un feedback ne doit pas « casser  » ou « déstabiliser », il doit donc ménager et mettre en confiance. Bref, entre les Bisounours et les Ayatollah de l’exigence de qualité, on s’y perd.

    Pour bâtir notre argumentaire, nous allons nous inspirer d’un FORMIDABLE livre (en anglais mais rapide à lire, et que l’on peut parcourir en picorant): « Directing Improv » de Asaf Ronen.

    [Lire la suite…]

  • Attention à l’intention du beau jeu

    photo-article-intentionQue ce soit dans le théâtre écrit ou dans le théâtre d’improvisation, se revendiquer comme un représentant, un pratiquant ou un amoureux du « Vrai Beau Jeu », c’est se tirer une balle dans le pied dès le départ.

    Le « Vrai beau jeu » ne peut se considérer comme un objectif, une performance, une spécialité. Le « Vrai Beau Jeu » …. Et puis d’abord…. Saisissez vous à quel point, déjà, cette appellation, en soi, est énervante tellement elle est vide de sens ! C’est quoi le « Vrai Beau Jeu » ?

    [Lire la suite…]

  • Créativité et Ego

    Les décisions que nous prenons pour les autres sont plus créatives que celles que nous prenons pour nous mêmes. C’est l’objet d’une étude publiée dans « Personality and social psychology Bulletin » en février 2011, reprise et commentée dans le podcast n°48 de Chicago, Improv & Associates.

    Cette étude s’appuie sur la théorie des niveaux conceptuels (CLT) qui dit que l’on conçoit ce qui est proche de nous en des termes spécifiques, alors que nous concevons ce qui est loin de nous en des termes plus abstraits. Donc si on veut être créatif, il est bon de mettre une certaine distance entre nous et le problème à résoudre.

    [Lire la suite…]

  • Impro à gueule d’atmosphère

    Selon Michael Chekhov, chaque scène doit baigner dans une atmosphère.

    Sans elle, la scène se réduit à un espace psychologiquement vide. Le spectateur n’en aura qu’une compréhension intellectuelle. La scène ne stimulera pas ses sentiments.

    Sous son influence, l’acteur se surprendra à voir son personnage inventer spontanément de nouveaux détails. L’atmosphère inspire l’acteur, du moment où il se laisse prendre à son influence.

    La réussite d’une scène improvisée ne tient donc pas au « contenu » de ce que nous disons. Pas la peine de courir après « le truc intéressant qui va venir! », au mieux vous n’en sortirez qu’une bonne blague!

    [Lire la suite…]

  • Improvisateurs…Gérez aussi la 3ème mi-temps

    La dernière improvisation se termine, vous saluez le public, vous sortez de scène sous les applaudissement, et là vous arrivez en coulisses rempli de questions: « Le spectacle était-il bon ou pas? » , « Ai-je été bon ou non? », « Le public est il content ou non? » , et parfois même vous avez cet arrière goût amer où vous savez que le spectacle était de bien piètre qualité, où vous savez que votre prestation n’était pas des meilleures, où vous savez que le public s’est vraiment ennuyé….

    Peu importe! L’heure n’est pas aux états d’âmes! Les spectateurs vous attendent à la sortie pour passer un moment avec vous, parler du spectacle, échanger. Alors allez y!

    [Lire la suite…]

  • Au restaurant, toujours la même scène !

    On a vu des centaines de scènes improvisées dans des restaurants… Et neuf fois sur dix, elles se ressemblent toutes. Asaf Ronen, de Yesand.com, dans cette vidéo, décode ce phénomène et propose de bonnes solutions. La vidéo étant en anglais, une description du contenu est disponible à la suite.

    [Lire la suite…]

  • Le syndrome de la mauviette

    La plupart d’entre nous voit une scène improvisée comme une suite d’idées :

    • Tu me donnes une idée
    • Je dis oui à ton idée
    • Je rajoute une autre idée derrière

    C’est ainsi qu’on interprète à tort l’exercice du « Oui et… » .

    Or, si on voit une improvisation non plus comme une suite d’idées mais comme une série d’impulsions auxquelles on se rend disponible pour laisser notre état se transformer, alors là on assiste à des scènes dans lesquelles on verra moins d’idées, elles pourront même tourner autour d’une seule idée, mais elles iront bien plus en profondeur dans le jeu, toucheront à plus de variété d’émotions, donneront la sensation de faire vivre des relations plus réelles.

    …Mais là attention ! Pour ça il ne faut pas être des mauviettes. Or, nous sommes tous plus ou moins victimes du « Syndrome de la mauviette ». (Carol Hazenfield le nomme « The wuss disease ».)

    [Lire la suite…]